L'un des attraits était l'accès à une série de services d'infrastructure dans la nouvelle région canadienne AWS. Travaillant dans le secteur de la santé, nous sommes responsables de la protection des informations médicales personnelles de centaines de milliers de Canadiens. Il était essentiel pour nous de conserver nos données de manière physique au Canada et qu'elles soient hautement sécurisées.
Cameron Bell Architecte technique en chef, Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa

L'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa est le centre de recherche de L'Hôpital d'Ottawa, l'un des plus grands hôpitaux d'apprentissage et de recherche du Canada avec plus de 1 100 lits, environ 12 000 employés et un budget annuel de plus de 1,2 milliard de dollars. Il se classe au quatrième rang parmi plus de 600 hôpitaux canadiens pour des subventions octroyées par concours, examinées par des pairs, des prestigieux Instituts de recherche en santé du Canada.

La vaccination reste un moyen de défense essentiel contre les maladies potentiellement dangereuses, mais l'Institut C.D. Howe signale une couverture vaccinale insuffisante dans plusieurs communautés canadiennes. En raison des récentes épidémies de maladies infectieuses telles que la rougeole, les oreillons et la coqueluche, une équipe de chercheurs en médecine de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa s'est tournée vers Amazon Web Services (AWS) pour obtenir CANImmunize, une application bilingue gratuite conçue pour remédier aux lacunes de la stratégie de vaccination du Canada et atteindre les objectifs nationaux en matière de vaccination.

« Il est difficile de tenir compte de ces lacunes, car divers professionnels de la santé effectuent des vaccinations et chaque province procède différemment », explique Cameron Bell, ingénieur électricien et architecte technique en chef qui a conçu la version originale de CANImmunize en 2014 lors d'un stage avec le Dr Kumanan Wilson, médecin et chercheur en vaccination à l'Hôpital d'Ottawa.

« Avant CANImmunize, les personnes suivaient leurs propres vaccinations manuellement sur des cartes en papier qui étaient facilement égarées », explique Bell. « Après avoir entendu un voisin exprimer sa frustration quant à ce système dépassé, le Dr Wilson a eu l'idée d'une application qui simplifierait la tenue de dossiers sur la vaccination et sensibiliserait les enfants et les parents à l'importance de la vaccination. »

Le Dr Wilson a chargé Bell et d'autres chercheurs de trouver un moyen permettant de mieux répondre à la « réticence face à la vaccination », terme utilisé par le groupe de travail SAGE de l'Organisation mondiale de la santé sur la sécurité des vaccins pour décrire trois raisons majeures de l'absence ou du refus de vaccination : la complaisance résultant d'une faible attente de contracter une maladie, le manque de confiance vis-à-vis des vaccins et la difficulté d'accéder aux services de vaccination.

Dans le cadre d'un effort visant à encourager les personnes qui ne se vaccinent pas ou prennent du retard dans leurs vaccins, l'application CANImmunize permet aux citoyens canadiens d'utiliser des smartphones et d'autres appareils électroniques pour stocker, mettre à jour et partager des carnets de vaccination. Les utilisateurs de l'application reçoivent des rappels de rendez-vous, des conseils approuvés par des experts, des informations spécifiques à la province ou au territoire sur la vaccination et des alertes sur les épidémies évitables par la vaccination.  

La maîtrise d'AWS par l'équipe de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa en a fait le choix naturel pour les services de cloud de l'organisation. « AWS était déjà à la recherche de projets personnels pour bon nombre de nos développeurs », explique Bell. « Nous étions tous conscients que cela garantissait une expérience de développement optimale et que le prix des instances réservées était aussi un attrait. Avoir la flexibilité de contrôler à quel moment l'argent est dépensé est une nécessité lorsque l'on travaille dans un environnement subventionné.

Les développeurs de l'application CANImmunize ont apprécié la facilité de configuration et d'administration des bases de données relationnelles dans le cloud via Amazon Relational Database Service (Amazon RDS). Ils ont également apprécié la prise en charge mature des technologies Javascript telles que Nodejs. Les utilisateurs bénéficient d'une plate-forme qui fournit un accès à la demande aux serveurs Web et d'applications scalables, au stockage, aux bases de données, à la diffusion de contenu, au cache, à la recherche et un accès racine aux instances Linux et Windows.

« C'est la première fois que nous créons un système de cette ampleur », affirme Bell. « La confidentialité étant une priorité absolue, nous avons travaillé avec APN Partner iSecurity Consulting afin de configurer l'environnement cloud CANImmunize avec plusieurs niveaux de sécurité. »

L'emplacement du stockage des données était également un ajustement facile du point de vue de la sécurité.

« L'un des attraits d'AWS était l'accès à une gamme de services d'infrastructure dans la nouvelle région canadienne AWS », affirme Bell. « Travaillant dans le secteur de la santé, nous sommes responsables de la protection des informations médicales personnelles de centaines de milliers de Canadiens. Il était essentiel pour nous de conserver nos données de manière physique au Canada et qu'elles soient hautement sécurisées. »

Bell et ses collègues ont conçu l'application CANImmunize en pensant aux enfants. Le côté éducatif de l'effort visant à vaincre la réticence face à la vaccination via CANImmunize comprend « Immunity Warriors: Invasion of the Alien Zombies », une bande dessinée numérique qui décrit le virus de la grippe comme des vaisseaux extraterrestres déclenchant un massacre de zombies.

Via l'application, les voyageurs peuvent recevoir des mises à jour sur les maladies qu'ils peuvent rencontrer dans d'autres pays, ce qui leur permet d'être proactifs dans la vaccination contre de potentiels dangers tels que la fièvre jaune, le choléra, la typhoïde, la tuberculose, la diphtérie, la rubéole et la rage. Les utilisateurs bénéficient de rappels de vaccination et d'informations sur les épidémies, et les femmes enceintes reçoivent des conseils opportuns.

« La vaccination a sauvé plus de vies que toute autre intervention de santé publique au cours du siècle dernier, mais trop de personnes ont été oubliées », affirme Bell. « Un petit nombre de parents choisissent de ne pas procéder à la vaccination, mais dans la plupart des cas, la non-vaccination concerne les parents et personnes qui ne sont pas au courant, oublient ou trouvent cela trop embêtant. »

Avec plus de 200 000 personnes qui utilisent maintenant l'application et une nouvelle version de l'application qui se profile, Bell est optimiste quant à une augmentation des vaccinations lors de la prochaine enquête nationale de couverture vaccinale semestrielle.