La St Luke’s Anglican School compte 820 étudiants de la maternelle au lycée et se situe près de Bundaberg, dans le Queensland (Australie). Fondée en 1994 et dotée d'un campus de 32 hectares, l'école St Luke comprend environ 80 enseignants et 40 membres du personnel pour le soutien et l'administration.

Habituellement, St Luke exécutait ses applications métier principales sur une infrastructure virtuelle, dans son centre de données sur site. Les applications de productivité et de messagerie étaient notamment concernées, ainsi que TASS.web, un système d'administration d'école basé sur le web pour gérer les paies, les comptes et les étudiants.

L'infrastructure virtuelle exécutait également certains des composants de fichier du site web de l'école, www.stlukes.qld.edu.au, qui fournit des informations sur l'école aux étudiants potentiels, aux parents et à toute personne intéressée. Cependant, les connexions Internet avec une bande passante basse ont rendu le téléchargement de fichiers locaux (par exemple, les structures tarifaires ou les rapports de missions) très lent depuis le site web. Le reste du site web était exécuté sur une infrastructure fournie par un fournisseur d'accès à Internet australien et l'école ne trouvait pas cette solution suffisamment flexible ou économique pour répondre à ses besoins. St Luke a également subi des pannes de courant qui ont forcé les enseignants et le personnel administratif à revenir temporairement aux processus papier. Les pannes ont également provoqué des pertes de données, frustré les enseignants et les administrateurs et réduit la productivité.

De plus, l'emplacement de St Luke à Bundaberg rend l'école vulnérable aux catastrophes naturelles, comme les inondations locales. Il fallait également prendre en compte les risques d'incendie sur le campus. L'équipe technique de St Luke s'est rendu compte qu'il était préférable d'arrêter d'héberger ses applications sur site. « A la mi-2011, nous avons migré toute notre site chez un prestataire d'hébergement dans le cloud au Japon. Un peu plus tard dans la même année, nous avons migré notre logiciel de productivité métier sur une suite d'applications en ligne, explique Mitch Miller, le responsable informatique de l'école. Cependant, l'environnement du site hébergé au Japon était cher et la lenteur de chargement des pages était inacceptable. »

Le système TASS.web était toujours exécuté sur site lorsqu'une inondation a divisé Bundaberg en deux en 2013, entraînant une coupure d'électricité de 36 heures et fermant l'école pour une semaine. A ce moment-là, St Luke a décidé de migrer le système TASS.web dans un environnement où il pourrait continuer à fonctionner en cas de catastrophe naturelle. « Cela nous permettait d'utiliser les capacités du système pour faire l'appel des élèves électroniquement, sur des smartphones ou des iPad, au point d'évacuation, plutôt que d'imprimer les listes quotidiennement en cas d'urgence », ajoute Mitch Miller. St Luke voulait également tirer parti de la capacité de TASS.web à envoyer des notifications groupées aux parents en cas d'urgence. De plus, l'école souhaitait utiliser TASS.web pour créer un campus virtuel en attendant la réparation de ses bâtiments, afin d'assurer la continuité de l'apprentissage des étudiants.

D'autre part, la capacité de l'équipe technique à réaliser les mises à niveau logicielles, la maintenance générale, le déploiement de points de terminaison et d'autres tâches était restreinte, car deux membres de l'équipe devaient reconfigurer l'infrastructure sur site pendant deux mois, tous les trois ans. L'école a commencé à chercher une solution cloud abordable et évolutive qui permettrait de réduire les coûts d'infrastructure.

St Luke a évalué les prestataires cloud locaux et opté pour Amazon Web Services (AWS), qui correspondait le plus à ses besoins d'après les critères suivants :

  • L'hébergement du site web de l'école dans la région Asie-Pacifique (Sydney), près de ses utilisateurs, permettait de réduire le temps de chargement des pages, de gérer les coûts de façon efficace et de fournir un accès à des ressources d'assistance dans le même fuseau horaire.
  • La disponibilité de la plate-forme AWS soutenait les fonctions de TASS.web telles que l'appel électronique des étudiants ou le campus virtuel.
  • L'évaluation de l'école a permis de conclure que les ressources du cloud AWS étaient plus évolutives que celles d'un autre fournisseur de cloud et qu'Amazon Virtual Private Cloud (Amazon VPC) permettrait à St Luke de mettre en service une section du cloud AWS isolée de manière logique où les administrateurs pourraient contrôler précisément l'accès aux applications, aux services et à l'infrastructure.

AWS a fourni ce que Mitch Miller décrit comme des options « pratiquement innombrables » pour offrir une capacité de calcul basée sur le cloud via Internet. « Cela va des petites instances Amazon Elastic Compute Cloud (Amazon EC2) utilisées pour notre site web aux instances plus grandes exécutées pour les charges de travail du système d'administration, déclare-t-il. Cela signifie également que nous pouvons facilement trouver des instances pour prendre en charge nos besoins aux différentes étapes de la migration. »

St Luke a migré son site web sur AWS début 2013 et TASS.web sur le cloud AWS en juillet 2014. Le site web s'exécute sur une instance Amazon EC2 t2.small, en utilisant Amazon Route 53 pour les services de nom de domaine. Amazon Simple Storage Service (Amazon S3) héberge jusqu'à 5 Go de contenu web statique.

Le système TASS.web (écrit en Adobe ColdFusion et ayant accès à une base de données SQL Server) utilise une instance Amazon EC2 r3.large, avec trois contrôleurs de domaine exécutés sur des instances Amazon EC2 pour différents sous-domaines qui offrent des services d'authentification.

Pour la reprise après sinistre et les sauvegardes, le système TASS.web est copié quotidiennement et sauvegardé dans un compartiment Amazon S3. St Luke exploite le site web ainsi que l'environnement cloud de TASS.web sur Amazon VPC. Un réseau privé virtuel (VPN) fait le lien entre l'environnement AWS et le réseau local de St Luke. L'école sauvegarde également 60 Go de données de ses serveurs de fichier (qui continuent d'être exécutés dans l'infrastructure sur site) sur Amazon S3 tous les soirs. Cette procédure automatique entre dans le cadre de son plan de continuité métier. St Luke utilise AWS Identity & Access Management pour offrir à son équipe informatique un accès basé sur les rôles aux environnements de développement, de test et de production exécutés dans Amazon VPC. L'illustration 1 ci-dessus représente l'environnement de St Luke sur le cloud AWS.

st-luke-arch-diagram

Illustration 1. Architecture de St Luke sur AWS

La prochaine étape pour St Luke consiste à prendre des instantanés de ses machines Amazon EC2 importantes et d'utiliser AWS Storage Gateway pour répliquer tous les magasins de fichiers dans Amazon S3. Lors des prochains 12 mois, l'équipe informatique prévoit de migrer ses serveurs de fichiers, son infrastructure d'assistance Windows et ses systèmes de maintenance et de tickets informatiques depuis l'infrastructure sur site vers le cloud AWS. La dernière étape sera d'étudier les ressources technologiques laissées sur site, à l'école, et d'arrêter celles qui ne sont plus nécessaires.

En migrant son site web et son environnement TASS.web sur le cloud AWS, St Luke a presque atteint 100 % de disponibilité d'infrastructure pour les deux systèmes, ce qui veut dire que les enseignants peuvent réaliser l'appel des étudiants de façon électronique sans risquer de perdre les données en cas d'urgence. Mitch Miller est également certain que le personnel et les étudiants seront capables d'utiliser TASS.web comme un campus virtuel en cas de catastrophe naturelle.

L'école s'attend à réaliser des économies importantes lorsque la transition vers le cloud AWS sera terminée, d'ici 18 mois. « Nous estimons pouvoir réduire nos dépenses d'investissement de 75 % et nos coûts d'exploitation de centre de données d'environ 40 % une fois que la migration sur AWS sera achevée », affirme Mitch Miller.

Le projet a déjà modifié le rôle de l'équipe technique de l'école. « Nous ne sommes plus considérés comme des employés réactifs ou juste là pour résoudre les problèmes, ajoute-t-il. Nous pouvons à présent travailler de manière proactive sur des projets afin d'améliorer les performances de toute l'école. La migration vers AWS nous pousse dans cette direction, car nous n'avons plus besoin de suspendre des tâches comme les mises à niveau logicielles ou le déploiement de points de terminaison lors de la reconfiguration de l'infrastructure interne de l'école. »

St Luke a également vu la latence de son site web tomber à seulement 20 millisecondes en l'hébergeant dans la région de Sydney, contre 160 millisecondes dans son environnement précédent. Cette chute a considérablement amélioré l'expérience utilisateur.

« L'évolutivité du cloud AWS a également permis à St Luke d'augmenter son nombre de classes et d'ajouter de nouveaux cours sans réaliser un investissement en capitaux important, explique Mitch Miller. De temps en temps, nous parlons d'utiliser plus de classes ou de déployer un nouveau logiciel. Si nous le faisons, les coûts d'infrastructure ne seront pas un facteur important. »

Pour en savoir plus sur la façon dont AWS peut vous aider à répondre aux besoins de vos applications web, consultez la page dédiée aux applications mobiles et web : http://aws.amazon.com/web-mobile-social/.