Le cloud AWS permet à nos chercheurs d'accéder plus rapidement à des données plus propres. Ainsi, ils peuvent collaborer plus efficacement pour répondre à de nouvelles questions de recherche et obtenir une interprétation plus cohérente des données.
Lindsay Der Candidate au doctorat

Le centre archéologique de l'université de Stanford mène des projets de recherche interdisciplinaires au niveau mondial, dispose de laboratoires et offre des ateliers ainsi que des programmes de conférences publiques. Le centre, qui est basé sur le campus californien de l'université de Stanford, aide à faire le lien entre les départements le constituant, tels que l'anthropologie, les lettres classiques, les sciences de la terre, les sciences biologiques et l'histoire de l'art. Il travaille également en collaboration avec des organismes de recherche du monde entier.

Le centre, ainsi que le département d'anthropologie, soutient le projet de recherche Çatal Höyük, un site archéologique en Turquie sud-centrale, découvert pour la première fois au début des années 1960. Aujourd'hui, Çatal Höyük est considéré comme l'un des sites préhistoriques les plus importants de Turquie. Il permet de connaître la vie dans un ancien centre urbain, autour de 7 400 av. J.-C.. Le site comprend des traces d'activités d'agriculture, d'art tel que des peintures murales et des reliefs couverts de plâtre, des gravures, des quartiers de vie, des figurines et d'autres artefacts qui permettent d'avoir des informations sur la vie quotidienne de l'époque. Le site contient également des restes d'animaux que les chercheurs ont assemblés, notamment des cornes d'animaux dépassant des murs et des sièges.

La création d'enregistrement pour chaque objet est une tâche essentielle qui permet aux chercheurs de mieux comprendre cette culture ancienne et la société. Pendant des années, les chercheurs du projet travaillant sur le terrain ont entré des données géospatiales (utilisées pour déterminer précisément où les artefacts avaient été déterrés) dans une base de données qui était gérée et mise à jour par des méthodes manuelles chronophages. Avec une personne s'y attelant, il fallait compter minimum 20 heures par semaine pour entrer et modifier les informations en utilisant ce système.

« C'était un processus lent et coûteux qui engendrait également des problèmes parmi les chercheurs, notamment pour savoir quelle version d'une donnée spécifique était la plus actuelle », explique Lindsay Der, doctorante de l'université de Stanford travaillant sur le site. « Nous avions une base de données de terrain et une personne était chargée de contrôler la copie maîtresse locale. Cependant, cette personne n'était pas toujours là. A cause du grand nombre de chercheurs impliqués dans ce projet, il y avait souvent des informations qui étaient modifiées et qui n'étaient pas mises à jour correctement. Nous devions constamment nettoyer les données. Les efforts de collaboration étaient particulièrement contrariés lorsqu'il y avait des doutes sur l'exactitude des informations. »

Pour améliorer la gestion des informations collectées sur le site, le centre a commencé à utiliser Amazon Elastic Compute Cloud (Amazon EC2) pour exécuter ArcGIS Server d'Esri, un fournisseur de systèmes d'informations géographiques (SIG) et de logiciels de géodatabases. Esri propose des images machine Amazon prêtes à l'emploi pour ArcGIS Server, permettant aux clients comme à l'équipe de Stanford de configurer et d'exécuter leurs applications SIG sur des serveurs abordables, accessibles depuis n'importe où dans le monde. ArcGIS Server est connecté à une base de données Microsoft SQL Server, hébergée par l'University College de Londres, qui contient les enregistrements pour près de 30 000 objets différents, déterrés sur le site . Les chercheurs de Stanford utilisent cette solution pour analyser et publier des versions numériques de toutes les cartes et tous les plans du site de Çatal Höyük. Ces documents numériques révèlent des modèles archéologiques qui aident les chercheurs à mieux comprendre les comportements et les organisations au sein de l'ancienne communauté.

En utilisant AWS, les chercheurs du centre d'archéologie de l'université de Stanford ont facilement accès à des données cruciales, peu importe l'endroit où ils se trouvent, et ils ont un système pour s'assurer que les données utilisées dans leurs efforts de collaboration sont exactes et à jour.

« Avec AWS, notre processus de mise à jour des données et de collaboration est beaucoup plus efficace », déclare Justine Issavi, une autre doctorante travaillant sur le site. « Cette solution a également facilité la collaboration entre les équipes internationales. Lorsqu'il n'y avait qu'une personne sur le site qui pouvait mettre à jour les informations, nous étions toujours à la recherche de cette personne pour fournir des mises à jour. A présent, avec la solution Cloud AWS, plusieurs chercheurs du monde entier peuvent accéder aux informations, les ajouter et les mettre à jour. Les données sont à jour et tout de suite disponibles en ligne pour tous les chercheurs, qu'ils se trouvent à Stanford, en Turquie ou ailleurs. »

Les 20 heures et plus que l'équipe passait chaque semaine à garder les données à jour sont maintenant attribuées à des travaux de recherche utiles. Avec la solution AWS, explique Lindsay Der, les efforts de recherche sont plus efficaces et cela permet de récupérer plus d'informations des anciens artefacts.

« Le cloud AWS », affirme-t-elle, « permet à nos chercheurs d'accéder rapidement à des données plus propres afin qu'ils puissent collaborer plus efficacement sur de nouvelles questions de recherche et atteindre une interprétation des données plus cohérente. »