Nous avons atteint un degré de contrôle et de normalisation qui aurait été impossible avec nos propres centres de données sur site.
Chad Marino Directeur exécutif des services technologiques

Kaplan, Inc. dessert chaque année plus de 1,2 million d'étudiants dans le monde. La société propose un vaste choix d'offres concernant l'enseignement supérieur, la préparation aux examens, la formation professionnelle, l'apprentissage de l'anglais, les préparations universitaires et des prestations de la maternelle au lycée aux particuliers, aux institutions et aux sociétés. Fort de plus de 75 années d'expérience (d'abord en tant que pionnier de la préparation aux examens, puis comme un des premiers leaders du secteurs de l'éducation en ligne et maintenant comme fournisseur mondial de services d'éducation), Kaplan est réputé pour avoir étendu l'accès à l'éducation et pour avoir utilisé la technologie et les dernières innovations dans le domaine des sciences de l'apprentissage pour améliorer en permanence les résultats de ses étudiants et ses partenaires. Kaplan est présent dans plus de 30 pays, emploie plus de 22 000 professionnels et maintient des relations comme des partenariats avec plus de 1 000 districts d'écoles et universités et plus de 2 600 entreprises. Kaplan est une filiale de Graham Holdings Company et représente sa plus grande division.

Aujourd'hui, Kaplan est composé de plusieurs divisions avec des besoins en infrastructure informatique changeants et des modèles d'utilisation fluctuants, notamment la filiale Kaplan Test Prep (KTP) qui prépare les étudiants à divers tests d'entrée (notamment les examens SAT, ACT, GRE, GMAT, LSAT et MCAT) et examens de licence professionnelle. Afin de soutenir KTP, Kaplan exécutait ses environnements de développement et de test dans un centre de données de niveau 1 colocalisé à New York. Lorsque la tempête tropicale Sandy, l'une des tempêtes les plus meurtrières et destructrices de la saison 2012 des ouragans en Atlantique, a traversé la ville, le centre d'hébergement est resté inutilisable pendant environ deux semaines.

« Heureusement, notre environnement de production est resté opérationnel, mais nous n'avons pas arrêté de nous inquiéter de tout ce qui pouvait se passer », raconte Chad Marino, directeur exécutif des services de technologie chez Kaplan. Les ressources de sauvegarde et de récupération manuelles se trouvaient aussi à New York. « Le fait que notre environnement de sauvegarde soit dans la même ville que notre environnement de production était également un problème important à résoudre», explique Chad Marino.

De plus, au fur et à mesure que l'entreprise grandissait et que son architecture informatique gagnait en complexité, il était de plus en plus difficile pour Kaplan de satisfaire la norme de sécurité de l'industrie des cartes de paiement (PCI DDS, Payment Card Industry Data Security Standard) et la norme de contrôle des sociétés de service (SOC, Service Organization Control). Kaplan avait besoin de trouver une infrastructure informatique souple qui lui permettrait de croître tant en améliorant la résilience, la sécurité et la flexibilité générales.

Kaplan utilisait 12 centres de données différents à travers l'entreprise et commençait à migrer ses applications sur les services Amazon Web Services (AWS) afin de consolider son infrastructure. Selon Chad Marino, « l'une des raisons qui nous a menés à migrer sur le cloud était la gestion d'un matériel en fin de vie et le manque de place dans notre centre de données ».

Kaplan a également été attiré par la maturité des offres d'AWS. « Amazon Relational Database Service (Amazon RDS) permet à notre équipe DBA de moins se concentrer sur la maintenance au quotidien et de travailler davantage sur les améliorations. Et grâce à Elastic Load Balancing, nous avons pu nous détacher d'équilibreurs de charge chers et compliqués tout en maintenant la fonctionnalité requise », explique Chad Marino.

La tempête tropicale Sandy a poussé l'entreprise à migrer KTP et d'autres services partagés faisant partie des divisions Kaplan Higher Education et Kaplan International sur AWS, pour un total de 900 Go de données. « Nous avons commencé en mai 2013 par la migration des environnements de développement, d'assurance qualité et de simulation sur AWS, explique Ravi Munjuluri, chef de projet. Nous avons terminé cette partie de la transition en octobre, et nous avons démarré la planification de la migration de l'environnement de production. En janvier 2014, nous avons commencé à migrer un par un les éléments de la stack d'application dans l'environnement de production, afin de minimiser l'impact sur l'activité. L'étape finale s'est déroulée en août et a duré tout un week-end. Nous avons commencé le vendredi et nous étions opérationnels le dimanche matin. »

Lors de sa migration sur le cloud, Kaplan a transféré environ 50 applications et 50 sous-applications imbriquées dans sa stack. Dans le centre de données colocalisé, l'équipe a utilisé une unité de stockage SAN (Storage Area Network) pour connecter les serveurs x86, les processeurs Sun Sparc et le système d'exploitation Solaris à six bases de données Oracle Database 10g et Windows SQL.

Kaplan a migré sa stack d'applications sur Amazon Virtual Private Cloud (Amazon VPC), en hébergeant les bases de données sur un mélange d'instances Amazon Elastic Compute Cloud (Amazon EC2) en utilisant des Amazon Machine Images Linux et Amazon Relational Database Service (Amazon RDS) for Oracle. Comme l'explique Chad Marino : « Notre but est de migrer entièrement toutes les bases de données sur RDS, afin de simplifier la gestion et les capacités de redimensionnement. »

Pour surveiller ses ressources, Kaplan utilise Amazon CloudWatch, un service qui collecte et suit les métriques d'utilisation et gère les alarmes. L'utilisation de CloudWatch permet également à l'entreprise d'optimiser ses ressources. Par exemple, elle peut ajuster l'échelle de ses instances lorsque les taux d'utilisation baissent.

L'équipe de Kaplan a conçu la migration de données autour des outils intégrés à Oracle. « Nous avons utilisé les scripts AWS PERL, pour migrer les données, et ils ont très bien fonctionné », explique Avi Hack, directeur de l'architecture système et de l'ingénierie. Avec la combinaison des scripts et d'AWS Elastic Beanstalk, l'entreprise a été capable d'automatiser des processus chronophages et de préparer l'environnement de migration, ce qui a permis d'accélérer et de simplifier le processus dans son ensemble.

Lors de sa migration, Kaplan a décidé d'utiliser différentes régions et zones de disponibilité AWS, notamment certaines aux Etats-Unis, en Asie-Pacifique et en Europe. L'entreprise utilise Amazon Route 53 en tant que solution DNS pour diriger le trafic vers la zone de disponibilité la plus proche et améliorer ainsi l'expérience utilisateur globale grâce à la réduction de la latence. « L'utilisation de plusieurs régions nous permet de rapprocher les données du client et d'offrir une meilleure expérience à l'utilisateur final », explique Chad Marino.

Grâce à la préparation de Kaplan, la transition sur AWS a pu se faire en douceur. Kaplan s'est également reposé sur un plan AWS Support de niveau Business tout au long de la migration, afin de bénéficier de conseils et de bonnes pratiques. « L'exploitation d'AWS Support est essentielle pour traiter les problèmes qui peuvent survenir », explique Chad Marino.

Plus de 250 membres des équipes de développement, d'opérations, d'architecture et de bases de données ont été impliqués dans la migration sur AWS. « Pour planifier une migration de cette ampleur, il est essentiel de travailler avec toutes les équipes du département informatique pour que tout se passe bien, de l'équipe de développement à celle des opérations d'infrastructure », affirme Chad Marino.

Après avoir migré la division KTP sur AWS, Kaplan a vendu le matériel existant et a fermé son centre de données. L'entreprise continue de réorganiser les applications pour les différentes filiales, car la migration sur AWS est encore en cours. Aujourd'hui, Kaplan a réduit l'empreinte de ses centres de données en passant de douze à quatre installations.

En plus d'une infrastructure plus sûre et d'une latence moins importante, Kaplan a également gagné une meilleure vision des coûts de ses applications et de ses systèmes. « En balisant toutes les instances dans AWS, nous sommes à présent capables de regarder les coûts spécifiques, de la couche d'application jusqu'à chaque ressource associée à une application. Ainsi, nous avons pu découvrir les coûts cachés de l'exploitation d'applications », explique Chad Marino.

Kaplan prévoit d'améliorer davantage le processus de développement en utilisant AWS. Avi Hack affirme : « En utilisant AWS CloudFormation et l'interface de ligne de commande AWS (CLI), nous avons un niveau de contrôle et de normalisation que nous n'aurions jamais pu atteindre avec nos centres de données sur site. A présent, nous pouvons lancer rapidement des environnements et les arrêter lorsque nous n'en avons plus besoin. » Chad Marino explique : « Nous pouvons ainsi tirer profit des avantages d'AWS tout en gardant les avantages de notre centre de données sur site. Nos développeurs ont également le temps de réorganiser nos applications pour qu'elles s'exécutent sur AWS. » L'équipe Kaplan continuera de chercher les opportunités pertinentes de migration de systèmes et d'applications, en passant des centres de données traditionnels au cloud.

Pour en savoir plus sur la façon dont AWS peut vous aider à exécuter vos applications d'entreprise, consultez la page dédiée au cloud computing d'entreprise